Jour 3

Une bonne nuit de sommeil, un petit déjeuner à l'auberge et c'est reparti !!!

Aujourd'hui, c'est le jour des rendez-vous.

Tout d'abord en commençant par la municipalité de Bathurst, et une visite de la mairie et de la bibliothèque; puis après un dîner (repas de midi) en compagnie d'un certain nombre de français Rigolant (sans oublier le suisse Clin d'œil )installés ici, nous nous sommes rendu dans une banque, l'école secondaire francophone( je reviendrai sur ce sujet plus tard) pour nos 2 grands et une agence immobilière.

Ce fut une journée chargée, mais instructive, qui nous a permis de nous projeter encore plus ici, et de voir un avenir possible pour nos enfants, chose qui semble être compromise en France...

Je reviens donc sur cette histoire d'école.

Notre choix était à l'origine de mettre les enfants en école francophone, afin qu'ils ne perdent pas le français et qu'ils puissent s'intégrer et s'adapter plus facilement à la vie ici.
Il ne faut pas oublier que immigrer au Canada, c'est bien beau, mais comme m'a dit mon grand, c'est "notre projet" avant tout, et nous les embarquons dans tout ça non pas sans leur demander leur avis, mais en essayant, en discutant avec eux, de leur faire comprendre nos choix. Changer de vie en France, c'est une chose, partir de l'autre côté de l'océan en est une autre.
Culture, langue (même le français), façon de vivre, tout est différent; d'où ce besoin (infondé?) de maintenir une stabilité dans leur scolarité, qui nous amène à choisir donc une école francophone...Seulement voilà, nous sommes dans une province officiellement bilingue, à l'intérieur d'un pays majoritairement anglophone, et où cette particularité n'est pas négligeable. Car dans le travail, ou les études post seconfaires, l'anglais sera utile, voire indispensable selon les cas.
Et après des discussions avec d'autres français du coin, force est de constater (et de ne pas oublier) que les enfants s'adaptent mieux que ce que nous pensons, intègrent mieux certaines informations et sont moins fragiles que ce que nous l'envisageons.
Nous voilà donc à envisager très fortement la possibilité de les inscrire en écoles anglophones, et charge à nous de maintenir leur niveau en français, tout en leur permettant d'avoir la chance de devenir bilingues.

Un challenge de plus en somme !!!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.