Les autres et notre future immigration ...

Cela fait des semaines, voire des mois que j' y pense, alors aujourd'hui je publie !

 

Une réflexion s'impose parfois concernant notre relation aux autres. Quand je dis "autres", je veux bien sûr parler des personnes qui nous sont proches.
Ma moitié et moi sommes ensembles depuis 18 ans, et depuis nous avons beaucoup déménagé. Pour moi cela a commencé lorsque j'ai quitté mon Aveyron natal pour partir faire mes études à Montpellier, alors que la grande majorité de mes camarades de classe sont allés sur Toulouse.
Une fois en couple, j'ai posé mes valises (et mon chat) sur l'île singulière, que mon homme n'avait quittée que pour partir à l'armée. De là, hébergés,locataires puis propriétaires, nous avions déjà la bougeotte, arrivant difficilement à nous caser quelque part. Nous avions de supers amis, mais un beau matin d'été, en vacances dans la maison de mes grand-parents, alors que je prenais le café avec mon beau frère, il m'a lancé un "on n'est pas bien là?" qui a fait le tour de mon cerveau en 2 secondes. Après discussion avec mon homme, ;j'ai annoncé à ma famille que dans 1 an, nous serions là avec eux ! Appartement vendu en quelques mois, et après donc 5 déménagements en 8 ans, nous voilà préparant le 6è !
Nos supers amis ont été surpris, déçus de nous voir partir, mais nous ont soutenus et même aidés dans notre déménagement; et voilà comment moins d'1 an après nous avons bougé vers le département voisin.

Mais voilà, le temps passe, et même si notre amitié est là, parfois, loin des yeux... ils ont failli nous rejoindre, ne l'ont pas fait, sont devenus les parrain et marraine de notre dernier, mais la distance, aussi faible soit elle, a semble-t-il fait son oeuvre, de même que la vie; donc finies nos longues discussions et rigolades sur messenger, ainsi que les week end de retrouvaille, au mieux une après midi café lorsque nous retournons à Sète, ce qui, il faut le dire, se fait aussi beaucoup plus rare.

Donc arrivée dans l'Aude, et déménagements à la chaîne (3), toujours dans le même village, pour des raisons diverses, dont un incendie. Nouvelles rencontres, nouvelles déceptions aussi, j'aime pas les gens qui foutent le bordel dans la vie des autres. Mais ça a mis à mal ma capacité à faire confiance aux gens, moi qui pensais que la méchanceté n'existait pas autour de moi.
6 ans après notre arrivée ici, le bilan s'alourdit avec le décès de ma maman, brutal, inattendu, comme tous les accidents, et remet en question beaucoup de choses. Nous achetons une maison dans le village à quelques kilomètres où habite mon père et où les enfants vont à l'école.
Nouvelles rencontres, une belle amitié qui perdure depuis 4 ans maintenant.

Mais voilà, les gens changent, leur vie aussi, des liens s'affinent et d'autres se défont. 
Et nouveau changement en vue avec la décision de partir vivre au Canada. Au départ, l'idée a plu à tout le monde, nous avons été encouragés, suivis dans nos démarches. Mais le chemin vers notre nouvelle destination est long, alors des fois les phrases de certains du style "toujours là?", "mais vous deviez pas partir au Canada?" m'énervent un peu. J'ai même arrêté d'en parler à certaines personnes, qui ont l'air de n'en avoir franchement rien à faire, puisque notre vie est moins importante que la prochaine séance de zumba.... On dirait que les gens se sont lassés, ces mêmes gens que je pensais nos amis, et dont nous n'avons quasiment plus de nouvelles du jour au lendemain ! Alors non je ne fais pas de danse, ni de zumba, ni ne passe mon temps à parler mode ou chiffon, la mentalité des gens d'ici ne m'en donne pas l'envie, nous vivons dans un village ou il faut se montrer aux bons endroits avec les bonnes personnes sinon on est pas cool... vive le sud !
Et puis il y a les amis que l'on pense très proches, et qui des fois déçoivent, sans s'en rendre compte, de par leur attitude; plus d'appel, plus de soirées, plusieurs invitations lancées mais jamais finalisées.

Des fois j'ai la sensation que les gens nous ont déjà mis dans un avion. C'est lassant de ne pas savoir sur qui ont peut compter.
Et puis heureusement il y a des personnes qui redonnent une bouffée de chaleur, celles qui au départ ne voulaient pas nous voir partir et qui ont compris pourquoi nous faisions ça, et celles qui vous boostent quand ça ne va pas. Un merci particulier à mon papa, Corinne, Marion !

Désolée de m'être épanchée ainsi, mais une immigration n'est pas un long fleuve tranquille; cela fait réfléchir, se poser beaucoup de question, sur soi, ses décisions, ses relations aux autres. Tout quitter pour recommencer ailleurs ne veut pas dire oublier les gens présents dans nos vies maintenant. L'avenir nous dira si cela en valait la peine !

Donc, 18 ans plus tard, 1 mariage, 3 naissances et 10 déménagements, la vie n'est toujours pas simple, et nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir !!

Ajouter un commentaire